Même les gardiens de vaches ont le droit de se baigner quand il fait chaud. 

Il y a des rivières plein les westerns, alors pourquoi se laisser transpirer sans y remédier pendant la pause ? 

Encore faut-il qu'une pause se fasse, dira-t-on... car réalistement, il faut garder les vaches toute la journée, surtout quand il s'agit de les déplacer. 

Peu importe. Les cowboys de l'imagerie cinématographique ne sont pas souvent au milieu d'un troupeau. On va donc les jeter à la flotte.    

2018--cascade--01--L500

Le dessin a été achevé en fin de semaine dernière. Temps de réalisation total : trois semaines. Sans y travailler sans cesse, car je manquais de temps, mais de toute façon, forcer l'allure n'arrange jamais le travail. 

2018--cascade--02---L500

 L'esquisse était bien venue. 

Comme je l'ai dit dans un post récent, ce n'est pas parce que ça vient bien au début que ce sera bon à la fin. 

Ce coup-ci, au moins, c'était bien structuré dès le départ. Pas besoin de retoucher  les lignes d'harmonie avant d'encrer... ou pire encore une fois que cette étape est commencée. 

Il faut dire que l'inspiration me tenait à coeur. Ce dessin n'avait pas de destination précise mais l'idée de départ m'est venue de quelque chose pour quoi je croisais les doigts vivement.

Un dessin porte-chance, peut-être ? Ou simplement exutoire à l'impatience et/ou l'anxiété ? Aucune importance.  

Au moment d'ajouter un troisième personnage, j'avais pensé à une femme. Avant même d'en avoir tracé trois traits, j'en avais évacué l'idée. Qu'aurait-elle fait là ? Comment fallait-il l'habiller ? Quel âge lui donner ? 

J'ai opté pour trois hommes, d'âge différent (façon les trois âges de la vie, un peu), et envisagé de placer une silhouette féminine de l'autre côté... avant de réaliser que non, ça ne va pas, ça complique la perspective du lac. 

2018--cascade--03---L500

 On s'en tiendra donc à ces messieurs. Celui qui se baigne et ceux qui n'ont pas l'air tout à fait partants pour en faire autant, et préfèrent se reposer sur la berge.

Une belle occasion de s'entraînner aux paysages. Une occasion aussi de dessiner non vraiment les muscles du corps, mais le dos et les omoplates. Et aussi une position assise pas très simple (même si on la prend facilement). 

Le barbu a été plus amusant à faire que ne l'aurait été la femme envisagée. Le petit détail de la pipe...

Une copinaute a tout de suite pensé, en voyant ça, à Brodeback Mountain. Ah bon... mince alors ! Je reparlerai de ça sur un post détaillant les lignes du dessin. Ce ne sera pas pour tout de suite car j'ai un assez beau stock d'articles entamés et ce dessin m'en a fourni un petit paquet. Ce va être "à suivre" au moins jusque décembre (car je n'ai pas envie de poster avec lui toutes les semaines). 

 kilk-textes-cactus