Je pensais en être à 2 posts sur le blog pour ce projet... ben non. Juste un, et celui-ci n'est donc que le second. Preuve que je sui très très attentive à ce que je publie et à ce que je stocke en vue de le faire !!! 

Premier post pour ce projet : cliquez ICI.

Il s'agissait de l'Oiseau-Tonnerre, élément de mythologie amérindienne. On le confond facilement avec un aigle (il y a aussi), mais c'est un vautour. Tête osseuse avec collerette au cou, grande envergure, serres à très grands doigts. 

Oiseau-Tonnerre-totem--L500

Par commodité, et puisque le style choisi m'en donnait la possibilité, j'ai calculé les ailes pour qu'il soit possible de les allonger sur ordinateur en collant des morceaux ou allongeant partiellement l'image. 
On croirait pas, comme ça, mais il n'a pas été facile, cet oiseau ! Comme je l'ai déjà dit plusieurs fois sur le blog : la simplicité, ce n'est pas simple... 
Ce bestiau a fait l'objet du premier post. A présent que je l'ai sous la main, passons au reste de l'image à laquelle il viendra s'intégrer.  

Howahkan-equisse

Une couverture de livre, avec image continue sur 1° de couverture, tranche et 4° de couverture. Pour le moment, occupons-nous de la première, qui sera la plus visible sur version papier et la seule sur la version numérique.  

Là aussi, il y a eu des tâtonnements, car avant d'en arriver à cette forme, il y a eu deux autres projets. Cependant, une fois le style et le motif décidés, la mise en esquisse a été assez rapide et sans trop de coups de gomme. 

J'ai la manie des dessins très fouillés qui remplissent bien la page.

Sur le premier projet, qui ne date pas d'hier, l'image occupait beaucoup de place, mais était quand même calculéee pour qu'on puisse caser le titre et le nom d'auteur. Sur la seconde, l'espace dégagé était plus net et important. Sur celui-ci, il l'est également, mais le dessin d'avant-plan est plus détaillé que sur cette seconde. 

Les deux premières étaient assez "bateau" (si on peut employer cet adjectif pour un truc plutôt sèche). Ce coup-ci, je force peut-être un peuu fort sur l'aspect aride, mais ça colle bien à l'ambiance voulue. 

Howahkan-equisse-suite

Les éléments de base sont simples : 

- cactus en fleur, dont au moins un en tour premier plan 

- monstre de gila (remplaçable par serpent à sonnettes, mais ce serait plus cliché et moins coloré). 

- tonalité principale dans les tons beige / ocre jaune / ocre rouge, etc. Pas de vert, même pour les cactus, ni de bleu, même pour le ciel. 

- taches rouges formées par les éléments vivants sus-cités (fleur et lézard). 

- corbeau, en arrière-plan et donc plutôt discret, posé sur un cactus ou à côté de. 

- affiche clouée quelque part, et donc arbre pour le faire (pas simple, dans un espace aussi sec et en évitant le vert)

- Les fleurs de cactus m'étant venues à l'idée suite à un autre dessin, où elles étaient butinnées par des papillons monarque, et ces papillons pouvant apporter une note positive à cet ensemble d'éléments inhospitaliers, j'en ai ajouté ensuite, sur la page arrière. 

Gila-monster<<<< Un monstre de gila, c'est ça (image empruntée ICI).

Un élément qui m'a obligée à examiner pas mal de photos de la bestiole.
Jolie créature, n'est-ce pas ?

J'ai choisi pour poster cet exemple, une photo où il est en train de manger, afin que cela serve d'échelle. On n'est pas en face d'un petit lézard des murailles ! 

2018-Howahkan--26mars---L500

2018-Howahkan--26mars---grosso-modo-tri---500

 Très grossièrement colorisé >>>>

En fait, la partie claire sera très variables en teintes. Le ciel sera très foncé et rougeâtre. 

Les traces de pas ont disparu en chemin pour laisser place à des rochers.

Les espaces réservés sont destinés 

- au titre 

- au sous-titre 

- au nom d'auteur 

Cette image est destinée à une autoédition. Au cas où je la ferais en créant ma petite maison d'édition perso (ça se fait), son nom se placerait dans le bas du cactus. Sinon... pas besoin de le placer. Cette "auto" n'est pas encore absolument décidée, car n'étant pas dans la possibilité d'y procéder dans les temps à venir (problème de disponibilité), je cherche encore éditeur. Ca ne coûte que l'envoi d'un mail. 

Howahkan-equisse-page-arriere

Après deux ans de recherche et la déprime d'un "trouvé puis perdu", je ne stresse plus sur les maisons d'édition comme je le faisais avant. Par contre, en me lançant en "auto", je vais le faire, ça s'est sûr. Donc, mieux vaut le faire sans être serrée aux entournures temporelles et matérielles. Au niveau "prise en main du matériel à employer", ça va, je suis prête (du moins, il me semble).

La partie arrière de l'image est restée à l'état de très très vague bout de chose un bon moment, pendant que la partie avant cherchait sa forme. Pas assez, pourtant, pour ne pas avoir à subir après coup des recollages. L'image va en être décalée vers le haut, et les rochers du bas gagner en importance.

Les papillons ont gagné aussi en présence. Quand j'ai placé le premier, c'était "pour voir", et pour symboliser une âme qui s'envole (oui, y'a du cadavre dans mon roman). Puis j'ai pensé en mettre deux autres, plus discrets, pour qu'il n'ait pas l'air tout seul. Mais qui auraient été les deux autres ? Dans le roman, les morts  sont plus de trois, si on compte les figurants et les "méchants" (ou antagonistes).  Et volà comment on place une véritable nuée de papillons.

kilk-textes-AE-plongeonDes copinautes ont trouvé ça trop poétique et même féminin, trop doux pour le texte. Oui, c'est un motif doux, mais le reste de l'image de l'est pas (enfin... les fleurs peuvent le sembler), et comme c'est la page arrière, ce sera moins visible. Enfin : la couleur du ciel atténue celle des papillons, qui du coup ajoutent une note plus légère.