Je suis une petite santé, et cela m'a déjà plusieurs fois amenée à... ne plus rien faire de mes dix doigts et de ma cervelle.

2019-03-22_Martin-et-ecran--bCa fait un peu excuse à la paresse. On me l'a déjà sous-entendu et même dit en face, et moi-même m'en accuse souvent, mais... non, ce n'est pas une invention, c'est la triste vérité. L'illustration n'est (c'est bien connu) pas un métier qui rapporte, mais au moins, cette activité pourrait, si j'avais des commandes, m'éviter d'avoir à me demander si je vais devoir demander un congé maladie ou faire des malaises pendant mon boulot. Car chez moi, les emmerdes de santé, ça se succède et s'empile parfois. Et je ne parle pas de petits coups de froid ou entorses à la cheville. Outre l'épilepsie (problème permanent), j'ai eu une très longue période de sciatique, une autre très longue (avec chevauchement des deux) d'asthme, des phases de carence en fer, avec une fois une descente vers une anémie sérieuse. A quoi on peut ajouter des petits soucis mineurs du genre entorse ou giga-rhume. Et les effets secondaires de mes médicaments pour l'épilepsie viennent rajouter leur grain de sel. On ne croirait pas, comme ça, mais une sciatique, ça peut vous clouer au lit et même vous empêcher de réunir vos idées, tellement c'est douloureux non-stop. On n'imagine pas non plus, mais une irritation asthmatique, quand elle est grave, ça peut vous faire carrément tomber dans les pommes.

Je ne rallonge pas, parce qu'on va croire que je fais ce post pour me plaindre, ce qui n'est pas le cas.

Du tout, du tout !

A deux reprises, j'ai pensé qu'il fallait renoncer à l'illustration, mais sans rien trouver qui soit dans mes possibilités.

2013-2014, où mon asthme avait atteint un point tel que je peinais à rester assise, couvrais mon écran d'ordinateur de postillons épais (la planche à dessin aussi), et n'arrivais plus à tracer un trait droit (quand on tousse et étouffe sans cesse, c'est dur, je vous assure). C'est à ce moment que j'ai commencé pour de bon à écrire (je le faisais un peu avant, mais sans commune mesure), et notamment à être exigeante avec mes textes.

terrasse---bPuis en 2017, suite à un coup reçu en avril sur la main droite. Là, franchement, je l'ai eue très mauvaise. Surtout que c'était aussi très gênant pour taper au clavier... et de façon générale pour à peu près tout. Quelques mois avec une attelle de poignet et des exercices avec une balle ont fini par en venir à bout.

L'an dernier, pour la première fois depuis vingt ans (waouh), j'étais en forme. Vraiment en forme. J'avais du souffle. Mes muscles, restés maigrichons depuis un changement de médicament en 1999, avaient profité d'un autre changement pour reprendre un peuu de tonus. Mes règles, hyper-douloureuses depuis l'adolescence, ont subitement décidé de s'apaiser, à la suite d'un autre changement de traitement. Tout allait bien, mis à part ma main droite encore douloureuse (et qui l'est encore parfois, mais qui au moins fonctionne).

Et bang... alors que tout allait bien, donc, voilà que la gent médicale me balance dans les gencives que je suis, pour ainsi dire, en danger de mort. Le "pour ainsi dire" étant de trop, d'ailleurs.

Je venais d'entamer une remise sur pied de mon activité. Il va sans dire qu'elle a été très perturbée. Abandon total du dossier destiné à transformer mon statut légal "artiste" en statut "autoentreprise". Je venais de refaire intégralement mon site en changeant son adresse web, son allure etc. (mon site, pas ce blog). Abandon des vérification sur ledit site tout neuf afin d'en éliminer les coquilles (il comporte quelques liens et images absentes). Abandon (et même oubli total) des modifications entamées sur ce blog. Abandon aussi de certains projets, afin de pouvoir en accélérer d'autres (histoire de ne pas crever sans avoir jamais rien terminé de ma vie). Youpi, youplaboum, hop-hop, que c'est chouette tout ça!

Et bing. Au moment de commencer le traitement, on décide de le repousser afin de mieux le préparer. Puis on repousse encore, pour la même raison. Et là, surprise : c'était probablement une fausse alerte. Rassurant ? Ouais. On peut dire ça. J'étais surtout assez furax. Mais rassurée, non, parce que je commençais à avoir un peu l'impression de ne pouvoir me fier à rien et être dans l'incapacité totale de pouvoir calculer le moindre planning.

2019-03-18_Singe----bLà-dessus, mon ordinateur décide de tomber malade à son tour. Ah merde. Et à force de stress, voilà que je retombe malade. Mince alors ! Y'avait longtemps ! Ca devait me manquer !

On en est là.

Ma tension sanguine est très basse, mais le reste fonctionne. Mes doigts sont encore parfois douloureux, et ils le resteront sûrement, mais ils fonctionnent. Ma colonne vertébrale ne fait pas du sabotage intégral de carcasse. Mes voies respiratoires n'ont à se plaindre que d'un sinus capricieux. Je suis donc, sinon en bonne forme, du moins en état de marche.

Et à nouveau, il faut reprendre la route en essayant de le faire du bon pied.

> le dossier de transformation d'entreprise

Je ne sais plus du tout où il en était et ai oublié à peu près tout ce que j'ai appris pendant que je le préparais. Comme j'ai déjà un numéro SIREN, j'ai tendance à ne pas le considérer comme la chose la plus urgente à faire, mais comme ce ne sera pas facile, c'est tout de même à ne pas oublier dans un coin.

> l'autoédition de mon western

Parce que ça peut être une façon comme une autre de relancer ma petite activité d'illustration (qui n'a jamais beaucoup marché), je place ce livre en haut des priorités.  Corrections, couverture, etc. 

Batou-Kannon---bLa couverture est entamée depuis un bon moment et a été plusieurs fois évoquée sur le blog. Elle est composée de plusieurs morceaux dont le recollage a déjà été effectué une première fois, mais va l'être à nouveau de façon plus soignée (j'attends pour ce faire de connaître le nombre exact de mes pages)

> petite mise à jour du site internet

Pas encore commencé, et je ne suis pas sûre d'avoir envie d'y traquer les coquilles en même temps que dans le roman. C'est tout de même quelque chose à faire. Il serait judicieux d'y incorporer une boutique en ligne, mais je n'emploie pour le moment aucun de ces jolis logiciels pour webmasters, et la méthode "artisanale" ne me permet pas de tels raffinements.

> grosse mise à jour de mon book

Mine de rien, il date de 2016 ! Année où je ne l'ai pas beaucoup envoyé. Pourquoi ? Je ne sais plus. Encore un de ces "raté" dont mon existence est coutumière. La logique voudrait peut-être que j'en fasse une priorité, mais comme dit plus haut, j'ai accordé la place à mon roman. Ce book est à réaliser, et ses envois à effectuer, mais malgré ma hâte d'avancer enfin dans mes projets, je ne crois pas qu'il faille me presser à ce sujet. Plutôt effectuer la sélection d'images petit à petit.

> en attendant, je suis retournée sur l'un des sites de recherche d'emplois pour handicapés où je me suis inscrite fin 2017, après récupération de ce statut. Je n'avais, en effet, pas renouvellé mas reconnaissance MDPH quand elle a expiré en 2015. Pour ce à quoi elle me sert ! Mais en fait, si, elle peut servir. A quoi, je ne sais pas bien, mais elle est supposée pouvoir le faire, alors autant l'avoir en poche.

2019-03-21----b> une petite formation en gestion, en publicité, ou en profession d'écrivain public ne me déplairait pas, mais pour obtenir une aide à ce genre de formation, il faut être inscrit chez l'oncle Paul Emploi, avec qui je n'ai pas tellement de bons souvenirs (et même que des mauvais). J'ai failli renouer avec lui fin 2017 / début 2018. Trop tard. Je n'en ai plus la moindre envie, à présent. Cela me reviendra probablement un jour. Quand je me serai bien rétamée sur un obstacle ou un autre. Ou bien ne me reviendra pas, si je retombe dans d'autres emmerdes de santé. Quoi qu'il en soit, cette partie du programme n'est... pas au programme.

Au bout du compte :

Au boulot !

 

Adresse de mon site internet : http://souffledenuit.eu.

Adresse du blog consacré à mon univers d'écriture : http://scriptorium2.canalblog.com.

Adresse de la page facebook créée pour ledit univers d'écriture : https://www.facebook.com/crobardtextes.

(une autre l'avait été pour les dessins, mais la dure loi des logiciels m'a conduite à n'en employer qu'une seule, car je laisse les blogs se publier sur FB sans que j'y mette la souris)

Pour me filer un coup de main lors de la publication de mon roman, ou tout simplement suivre ce que je deviens : inscrivez-vous à la newslette d'un des deux blogs (celui-ci ou l'autre). J'envoie très peu de lettres d'actualité et ne spammerai pas la boite mail. Il y a aussi, bien sûr, la solution de suivre la page facebook.