J'ai entamé pour l'un de mes romans la préparation d'une auto-édition. Dans ce cadre, je réalise une couverture (de tout le travail que cela représentera, c'est la partie qui est le plus dans mes cordes). Les différents morceaux en sont à présent achevés, mais ce que je présente aujourd'hui est un état antérieur et très différent de ce que sera le résultat final. 

2018-04-17---4e-couv--500

2018-04-17---1e-couv--500

 

<<<< ci-contre, les deux images principales en version "cliquez pour agrandir".

Hélas... en les juxtaposant, j'ai réalisé que j'avais oublié de tenir compte du code barre qui viendra se placer en bas de la 4° de couverture. 

2018-04-16-e2--couverture-entiere--avec-marge--500

 

il faut donc décaler cette partie de l'image vers le haut >>>> 

 

 Ce dessin ayant déja fait l'objet de plusieurs posts, en voici les liens :

- étape 1 : Oiseau-Tonnerre.

- étape 2 : l'Oiseau-Tonnerre dans son élémént.

- étape 3 : lézards de feu.

2018-09-10--godet-colo--500

Ainsi qu'indiqué sur l'une des étapes précédentes, la colorisation sera effectuée dans des teintes évoquand le sable des univers western (ou plutôt : de certains).  En fait, elle l'a été avec des tons plus foncés et plus chauds que sur le brouillon.  

La photo ci-contre comporte un intrus parmi les tasses. Celles en plastique blanc servent de godets à couleur et à eau. Le mug (sur le bord) contient mon carburant, à savoir du thé. Faudra pas confondre les deux ! 

2018-04-16-1e-couv-scann---500

On peut découper le travail effectué sur cette couverture en plusieurs étapes : 

> réflexions sur l'image finie et les éléments pour la composer.

> dessin de l'oiseau-tonnerre qu'il faudra superposer à l'image (je croyais ça simple, mais finalement, ça ne l'était pas tant que ça)

> dessin au trait des trois parties de l'image principale, en prenant soin que les jonctions soient correctes.

> premier assemblage, puis re-découpage et mise sur papier dessin de trois "morceaux" à même échelle d'impression.

> colorisation des quatres images.

recollage par informatique, en prenant en compte l'épaisseur du livre, au pixel près de la taille calculée par le logiciel. 

Couverture-prete-pour-colorisation

 

Malgré ma hâte de savoir si je vais réussir à effectuer le montage, je ne me suis pas jetée sur cette étape, car les travaux effectués sur le texte pendant ce temps pourraient ajouter un millimètre (c'est très vite obtenu, un millimètre, en épaisseur de pages), et sur quelque chose qui fait 2 cm et demi, ce n'est pas forcément n'égligeable, un millimètre.

Ouais... je pinaille, là, en fait. Mais on ne se refait pas ! Mais de toute façon, ce n'est pas ce qui presse le plus. 

 

colorisation--2018-05-24--500> Ajout du texte sur l'image, c'est à dire le titre du livre, le nom d'auteure, la 4° de couverture, etc. Moment décisif où je saurai si ma colorisation permet assez de contraste pour que ce soit joli et lisible.

Au stade de cette photo, qui correspond à peu près aux tons envisagés lors du projet, il aurait suffi que le lettrage soit foncé. En fait, ça ne va pas être si simple, car l'image a beaucoup foncé et comporte énormément de nuances.


kilk-textes-AE-plongeon