2018-Lee-van-Cleef--01--L500

Cette première étape n'est pas vraiment obtenue par décalquage, mais c'est assez voisin. 

La photo imprimée est posée sur une plaque transparente et la feuille par-dessus. J'ai un moment, pour économiser le papier (et parce que ça aurait permis plus facilement de changer la taille), pensé employer un projecteur. J'ai lâchement renoncé... il faut dire que je fais assez peu de dessins d'après photo.

C'est proche du calque, mais quand même différent.

2018-Lee-van-Cleef--02--L500

Je ne passe pas sur tous les traits mais peux replacer plusieurs fois les deux feuilles sur la plaque, afin de prendre mes points de repère. Avec un calque, il aurait fallu faire tout de suite un maximum de traits, car après avoir gribouillé pour décalquer, il n'est plus très facile de compléter l'image ! 

Une fois les traits principaux placés, on fonctionne comme avec une esquisse ordinaire. En précisant les traits, posés d'un trait léger mais souvent un peu tremblé, puis en les passant à l'encre.

Il va falloir tenir compte d'un détail technique : l'encre rend les traits plus nets et ne facilite pas les nuances de ressenti autant que le crayon de papier.

Bien sûr, on peut aussi faire le dessin au crayon ! 

Moi, c'est l'encre de Chine. 

2018-Lee-van-Cleef--03--L500

Pour commencer à remplir le chapeau et ligner les contours des vêtements : fastoche.  C'est comme quand je dessine sur une esquisse "à moi".

Pour le visage, ça va être plus compliqué, et cela dès le contour.

Sur un visage, il suffit d'un petit trait pour tout changer, et ici, il s'agit d'une personne qu'on doit reconnaître à la fin, et non d'un personnage totalement imaginaire sur lequel j'aurais tous les droits, y compris celui de le faire grimacer au lieu de sourire.

2018-Lee-van-Cleef--04---L500

 Les éléments les plus caractéristiques de Lee van Cleef sont son nez et le petit pli énigmatique de sa bouche. On peut y ajouter les yeux, mais cela, c'est toujours un point à traiter avec grande précision, quelle que soit la personne choisie.

J'ai laissé un peu de blanc sur le chapeau, à côté de la temps, parce qu'il va falloir y mettre un morceau de chevelure. Elle n'est pas encore tracée, donc le chapeau n'est pas rempli lui non plus.

Sur mes autres dessins, je remplis les surfaces après avoir tracé presque toute l'image. Ici, comme les contrastes vont influer sur le ressenti de l'expression faciale, je commence tout de suite à les mettre. 

2018-Lee-van-Cleef--05--500

2018-Lee-van-Cleef--06--500

Pas très inquiétant, à ce stade, malgré son nez de rapace, la fente de sa bouche et le pli des yeux... qui sont pourtant déjà tous en place !

La moustache, les plis autour des yeux et l'ombre sous la pommette vont apporter un petit "plus" non négligeable !

 

 

Voilà placés les plis des yeux et l'ombre de la joue, ainsi que celle du nez et du cou. Il est vieilli, mais toujours pas très inquiétant.

La moustache, à présent. Et bien sûr, finir de noircir la veste.

Sans oublier les oreilles. Attention. C'est très compliqué, les oreilles !

Par contre, j'ai renoncé à la petite mèche de cheveux sur la tempe.

Enfin (dernière image, ci-dessous), la moustache est les petits plis du menton, ainsi qu'un supplément d'ombre sur la joue.

 

Résultat... pas encore tout à fait la même expression que le modèle. En faisant passer les yeux en noir, il aurait sans doute un regard plus évidemment oblique, mais je l'ai trouvé bien comme ça, et ai renoncé à les lui remplir.

Moins menaçant que l'original. Il a l'air de réfléchir. 

 

Et pour compléter... petite retouche avec l'ordinateur. Qui change encore un brin le personnage, d'ailleurs.

2018-Lee-van-Cleef--07--500--R

KLIK-cactus-300