Pour revenir au premier postage = cliquer ICI.

Chap 2 (suite)Luagar-dragon

 

Ospiar ayant tué un grand nombre de ces petites bêtes et semblant sur le point de les mettre à griller, Luagar renonça au silence dont il s'était armé envers lui pour lui demander des explications.

- « Si je meurs, ça voudra dire que ces choses ne se mangent pas. Sinon, je vous conseille d'en faire autant avant de n'avoir plus rien dans vos sacoches. On ne sait pas combien on va encore devoir marcher. »

Luagar essaya de percer la brume. On commençait à deviner les pentes sombres de la montagne, et même les murs blancs des villages qui, là-bas, sont construits sur des terrasses bâties de main d'homme. Combien de jours de marche ? Il n'en savait rien... Ospiar avait raison.

- « Dusiak peut marcher assez. Demain, nous repartons. Sitôt qu'il le pourra, nous marcherons aussi la moitié de la nuit. »

Ospiar avait certainement raison. Luagar décida de l'imiter et se mit en devoir de capturer à son tour quelques-une de ces petites choses qui courraient sur les pierres.

Les plantes, en cet endroit, ce ressemblaient pas aux arbres dont ils avaient tous l'habitude. C'étaient des choses souples, collantes, avec de grandes racines noyées dans la boue. Il y avait dans l'air une odeur désagréable bien pire que celle des Marais Noirs. Pourtant, tout cela était, à n'en pas douter, empli d'une vie qui échappait au froid terrible des contrées où ils avaient grandi. Une vie qui leur était néfaste à eux, puisqu'une seule de ces petites bêtes minuscules avait su rendre si malade Dusiak qui était pourtant fils et élève d'un puissant chamane.

L'esprit de la Nuit-Neige, celui qui vient la nuit dévorer les enfants, les vieillards et ceux qui se sont éloignés de leur hutte, n'était donc peut-être pas si mauvais que cela. Peut-être les protégeait-il contre l'esprit qui avait envoyé ces petites créatures ? Avant de manger, Luagar fit une offrande non seulement à l'Esprit-Dragon mais à tous les esprits de son clan et n'oublia pas celui de la Nuit-Neige.

2013-sauranthrope-cray

Leurs yeux commençaient à s'accoutumer à la vue de ces immenses blocs, quand justement ils commencèrent à devenir plus clairsemés. Leurs pieds s'engluaient toujours autant dans la vase, sinon même plus, mais on n'y trouva bientôt plus le moindre petit cristal coupant et ils envisagèrent à nouveau de retirer les fourrures de leurs jambes. L'hésitation fut longue, car ils avaient remarqué que de plus en plus de petites bêtes, de plus en plus étranges, vivaient dans cette boue où ils s'efforçaient d'avancer. Quand ils en découvrirent qui s'étaient collées à leurs jambes malgré les fourrures et n'en voulurent se détacher qu'avec un tison ardent, la décision fut prise.

Il s'écoula encore deux jours de marche avant qu'ils découvrent une étrange hutte bâtie sur des piliers de bois la maintenant un peu au-dessus de la boue. Ils y attendirent son occupant qui ne revint qu'à la nuit, sur un étrange objet qu'il faisait avancer sur la surface visqueuse en employant un long bâton. Il avait ramené des animaux encore différents de ceux qu'ils avaient pu observer jusque là et en avait dans sa hutte d'autres qu'il avait conservés séchés ce qui lui permit de leur offrir une hospitalité dont ils avaient bien besoin.

Cependant, quand il aperçut les marques qu'ils portaient tous à la poitrine, son accueil chaleureux se fit glacé. Loin de sembler y voir une obligation de les traiter en homme voués aux esprits, il était à l'évidence terrorisé. Sa manière de s'exprimer était différente de celles de leurs clans à ceux et la peur ne le rendait pas communicant. Il leur fut impossible de comprendre ce qui l'effrayait si fort.

Peu importait, à présent... Les flancs de la Montagne-Très-Haute étaient en vue, et ils étaient sortis du Pays Où-Les-Bêtes-Ne-Vont-Pas.

*

Tous les épisodes de cette histoire en cliquant ICI (du moins ceux qui sont disponibles sur le blog).