"Je remarque d'abord que, pour s'embellir et obéir à des usages constants, des nations étrangères emploient certaines herbes : chez les peuples barbares, les femmes se fardent le visage avec différentes plantes; et les hommes même, chez les Daces et les Sarmates, se tatouent le corps. On donne dans la Gaule le nom de glastum (guède, isatis tinctoria, L.) à une plante semblable au plantain : les femmes et les filles des Bretons s'en teignent le corps, et, noires comme des Éthiopiennes, paraissent, nues, dans certaines cérémonies religieuses."                       Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, livre XXII.*

*

C'est pas pour dire, mais moi je remarque que, d'abord, au vu des découvertes qu'on a faites, il est certain que des hommes aussi chez les bretons (Grande Bretagne, peuples dits "pictes") se décoraient le corps à la guède, et ensuite que Pline pourrait, à propos des femmes du XXI° siècle, faire la même remarque qu'il a faite à propos de celles du 1° siècle... Mais ça n'est pas la question.

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre22.htm

Le bleu de guède a été une couleur très commune pendant très longtemps...

Et puis, soudainement, il est tombé dans l'oubli.

http://www.dotapea.com/bleusfroids.htm

Les progrès de la chimie tinctoriale en sont cause... L'industrie textile s'est tournée vers d'autres colorants et les plantes colorantes d'autrefois n'ont plus été aussi recherchées, et même plus du tout.

http://p.stquvermpicard.free.fr/lesguedes.htm

Mais nous sommes en un temps où certains veulent comprendre les techniques d'autrefois très exactement, en les mettant en application s'il le faut, un temps aussi où d'autres seulement aiment le bon vieux temps et les objets naturels... Alors la guède est revenue.

http://www.jcplanes.org/pastel/pastel.htm

 

2011-09-03-Wikipedia-guede

(image wikipédia : la plante qui fournit la guède)