Nelan'Dil me fait très justement la remarque que les bras de Mélusine sont un peu raides. Exact. J'ai même, un temps assez court, hésité à leur garder cette posture. Pourquoi un temps assez court ? Parce que c'est celui qui s'est intercalé entre le moment où j'ai lancé l'esquisse en pensant faire un dessin "style enluminure" et le moment où j'ai changé d'avis parce qu'ayant déjà fait une serpente dans ce style l'an passé, je n'allais tout de même pas en faire une habitude.

2011-06-06

Dès lors, complexification du dessin... Mais la fée a conservé sa posture "hiératique".

Les postures simples, faciles à décomposer, sont une composante essentielle des enluminures, du moins jusqu'au moment où celle-ci devient peinture d'illustration et cesse du même coup d'enluminer (mettre en lumière) la page.

Je sais que tout le monde ne sera pas d'accord, mais pour moi la grande époque de l'enluminure s'arrête au moment où, dans les scriptoriii, on recopie et illustre des manuscrits précieux à la demande de princes, ducs ou rois. La fin du Moyen-Age, quoi... Les images à cette période se complexifient et se remplissent de détails. Ces livres précieux ont pour but d'éblouir ceux à qui on les présente et ils y parviennent très bien.

Mais jusqu'au XIII° siècle, l'image éclaire la page.

Si on se replace dans la situation du moine faisant la lecture, on comprend vite l'intérêt "d'éclairer la page". Les bâtiments romans sont sombres, surtout en hiver, et plus encore aux heures proches de la nuit. Il ne faut pas gaspiller la clarté de la lampe et pour cela il faut trouver la ligne vite et comprendre le texte au mieux sans s'attarder. Les historiens qui étudient les enluminures de cette époque ont mis en évidence une codification des symboles, disposés avec soin par l'enlumineur selon les indication du moine responsable de la bibliothèque et même celles du moine chargé de la bibliothèque ayant prêté le document servant de modèle.

2011-06-06--doc

Celle-là c'en est une vraiment très belle...
Mais il faut dire que c'est une "pleine page".
La majorité des enluminures de cette période
sont incluses dans le texte.

D'une certaine façon, on pourrait dire que le principe est le même pour les enlumineurs de cette époque que pour les mangakas de maintenant : des postures codifiées que le lecteur identifie du premier regard et des objets symboles mis en évidence au bon endroit.

D'où un certain shématisme des positions, même chez les enlumineurs les plus habiles... Ce qui n'empêche pas un luxe de détails qui ajoute à la "lumière". Voir l'exemple ci-dessus...

Une grande époque, vraiment...

Ci-dessus, un dessin à moi, qui date un peu, déjà... J'ai un peu renoncé aux enluminures, pendant un certain temps, pour travailler plus le réalisme, car disons-le, marier shématisme et réalisme est des plus délicat et necessite de contrôler l'un et l'autre.

De toutes façons, je suis hyper-fan également des gravures anciennes, donc cet apprentissage n'a pas été forcément désagréable.

Depuis la serpente "naga" de l'an dernier j'ai fait une autre enluminure, qui n'est pas encore en couleur (raté deux fois la colorisation) et j'en ai une troisième en cours. Je devrais en faire plus, ayant envie de m'y remettre, mais j'y vais doucement. Je ne suis pas bien sûre de savoir assez parfaitement doser la disposition des élements du dessin. Mine de rien, il m'a fallu du temps pour dévelloper mon style "gravure", alors revenir à un genre 100% opposé, et apprendre à le contrôler à son tour, ça ne sera pas une chose rapide.

D'où il résulte que ma Mélusine est d'un genre intermédiaire, en quelque sorte ? Non... Parce que ça va bien à son être "faérique" d'être un peu hiératique mais sans que ça se voie bien. Et pour contrebalancer l'apport médiéval, je n'ai pas lésiné sur le fignolage au trait et micro-trait.

*

*

Quand à l'anatomie de Mélusine (autre question dans le même commentaire) = elle est serpente et aquatique, donc son corps est fluide (comme l'eau et comme les reptiles). Les ailes ont été à cet égard un gros pépin, d'ailleurs, car elles détruisent d'un coup toute impression de "lisse". Vous verrez bientôt comment j'ai réglé la question. Pour le moment, on voit juste qu'il y en a une qui lui dessine une corne sur la tête (après tout elle est de nature diabolique, tous ses ennuis viennent même de là la pauvre)