"Quel est l'animal quiserie-clair-obscur

le matin, marche sur quatre pattres,

le midi, sur deux pattes,

et le soir sur trois pattes ?"

Depuis que ce fichu Oedipe a connu son heure de gloire, genre "Nouvelle Star" des temps anciens, trouvant la solution del'énigme, tout le monde connait la réponse...

Et du coup, il n'est plus guère utile d'être sage, ou futé, ou même intelligent pour répondre à la devinette de la sphinge.

Semblerait même qu'elle aie renoncé à la poser, la pauvre...

2010-Sphinge-03

C'est que cette énigme, mine de rien, comporte des tiroirs cachés à sa réponse...

Répondre "l'homme", c'est admettre, d'abord, que la vie est semblable à une journée. Bon, ça, c'est l'évidence même, et que celui qui est dans la force de l'âge doit s'attendre à être un jour vieux et faible, se dirigeant lentement vers l'Hadès, avec son petit bâton de marche.

Mais c'est aussi admettre que l'homme, devant la Mort, qui est d'une essence non-mortelle, n'est rien de plus qu'un animal, et que comme tous les animaux, il est destiné à la mort.

Pourquoi, quand on raconte l'histoire d'Oedipe et du sphinx laisse-on entendre que le sphinx se jetant dans le précipice, se donne la mort ? Le sphinx (ou la sphinge, en fait) est une divinité infernale gardienne de la Mort. Le précipice est la porte de son monde.

2010-Sphinge-04

Gardienne ? Ou reine de la mort ?

Cette façon de venir défier les mortels chez eux ne ressemble pas à une créature subalterne.

La sphinge, qu'on retrouve en contexte mortuaire et en position de "gardiennage" aussi bien en Etrurie qu'en Egypte est une divinité archaïque qui a dû connaître beaucoup d'évolutions, et sûrement, comme beaucoup de divinités archaïques, être "adoucie", "affaiblie" par la civilisation grecque... Car les grecs (gens raffinés!) n'aimaient pas trop les divinités trop inquiétantes (demandez donc à Arès ce qu'il en pense, le pauvre n'avait pas une très bonne cote de popularité...)