La sphinge, ça n'est pas la Sagesse. C'est la Mort.serie-clair-obscur

La seule chose qui la rattache au thème de la sagesse, c'est Oedipe, et le fait que le sage n'ayant pas peur de la mort, est seul capable de la vaincre.

La sphinge, comme Cerbère semble un gardien terrifiant des passages entre les mondes, ou peut-être entre les vies.

Les étrusques lui faisaient garder les tumuli de leurs nécropoles, et on connait même dans cette civilisation des cas de sphinx représentés en train de dévorer un être humain. Quoi de plus normal ?

2010-Sphinge-01

 Mais cette mort-là n'est pas seulement destructrice, car elle est issue d'un temps où la Mort était aussi Mère de toutes choses.

Le sphinx de Thèbe était une sphinge, à buste de femme (quoique à longue queue de serpent... Hem?). Faut-il y voir une resurgence du thème indoeuropéen de la mort liée à la naissance ?

Dans la culture latine, on retrouve des traces (Enéide) de la transmigration des âmes (d'une partie d'entre elles, au moins). Chez les grecs, je ne sais pas... Mais pourquoi pas ?

La mort serait donc aussi la mère.

2010-Sphinge-02

Le crâne du premier plan m'a donné pas mal de fil à retordre. Il a d'abord eu l'air idiot comme pas deux. Puis eu l'air d'un extra-terrestre. Puis d'un homme de néanderthal (c'était déjà ça, notez). Ensuite, il a eu l'air joyeux (nan mais j'vous demande!)... Là, c'est mieux, mais pas encore vraiment ça.